Infos covid-19 – Déconfinement

dernière mise à jour le 22 octobre 2020
retour à l’entrée du portail

Depuis le 8 juin, une reprise progressive et partielle de la vie culturelle est possible, même si des retours en arrière ne peuvent être exclus…
Les contours du processus de déconfinement ont été décidés à l’occasion des réunions du CNS à partir du 3 juin et formalisés dans une série d’arrêtés du gouvernement fédéral.
Ces mesures générales du gouvernement fédéral ont été déclinées et complétées pour la culture en FW-B dans une série de protocoles sectoriels et génériques, réalisés à partir d’un travail de concertation avec les fédérations reconnues.

Récemment, l’aggravation de la situation sanitaire a donné lieu à une série de nouvelles mesures, décidées le 16 octobre par le Comité de concertation ou Codeco, réunissant des représentants des différents gouvernements du pays. Ces décisions ont été traduites dans l’arrêté ministériel (AM) du 18 octobre, qui remplace l’AM du 30 juin 2020 portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19, complété par celui du 22 août 2020.
En ce qui concerne le secteur culturel, les protocoles en vigueur restent d’application jusqu’au 23 octobre, dans l’attente de leur révision, afin d’être en adéquation avec les mesures générales, qui pourront elles aussi être revues. En dehors de ceci, certaines autres mesures impactent déjà notre secteur, notamment en matière du télétravail et de l’horeca.

A noter que les décisions fédérales ont toujours autorité sur celles développées dans les protocoles de la FW-B et que les autorités communales aussi ont la possibilité de préciser les balises fédérales et d’imposer des mesures supplémentaires. Les normes locales peuvent dont diverger.
En ce qui concerne les protocoles sectoriels spécifiques, l’ensemble des mesures et recommandations restent d’application dans la mesure où elles n’ont pas été restreintes ou remplacées par des dispositions des protocoles génériques.

 

Protocole « de base »

Il s’agit d’un protocole « générique » qui fournit les balises et les règles applicables à l’ensemble des secteurs culturels de la FW-B, notamment en ce qui concerne l’accueil des publics.

La dernière version, établie suite aux décisions du CNS du 20 août 2020 converties en arrêté ministériel le 22 août, a été communiqué le 26 août par la circulaire ministérielle adressée à l’ensemble des opérateurs culturels de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des autorités communales compétentes.
Il reste en vigueur jusqu’au 23 octobre, date à laquelle il pourra être revu pour être en adéquation avec les nouvelles mesures de précaution générales.

> > Ce protocole consacre deux assouplissements importants pour les représentations avec un public:

  • la diminution des distances de sécurité à 1 mètre (au lieu de 1,5) en l’absence de sièges fixes ou à un siège entre chaque personne ou « bulle ».
  • la possibilité de déroger aux jauges maximales définies par le CNS moyennant l’autorisation des autorités communales compétentes, en concertation avec le(s) Ministre compétent(s), après consultation d’un virologue et dans le respect du protocole applicable.

 

> > Il rappelle en outre les principes des protocoles précédents:

  • Principes généraux: « 6 règles d’or », distanciation physique, port du masque, ventilation et hygiène, communication, protocole interne, « point de contact corona » et inscriptions
  • Activités, stages et camps: Ils devront être organisés par groupe encadré de 50 personnes, comprenant les différents accompagnateurs et respectent, dans la mesure du possible, la distanciation physique.
  • Événements (représentations avec un public assis): Hormis les dérogations éventuelles, ils sont autorisés moyennant le port du masque pour toute personne au dessus de 12 ans ET le respect des distances de sécurité, avec un  public de maximum:
    • 200 personnes, assises, dans un espace intérieur
    • 400 personnes, assises, dans un espace extérieur.
  • Activités horeca: selon le protocole du 26 août, les règles relatives à ce secteur s’appliquent. Toutefois, suite à l’arrêté du 18 octobre, toute activité horeca au sein des lieux culturels a été interdite.

 

> > Quelques points méritent d’être soulignés:

  •  Port du masque au dessus de 12 ans:
    • Il est obligatoire
      • lors des représentations avec un public
      • dans les lieux de passage ou de circulation clos
      • dans tout endroit privé ou public à forte fréquentation tels que défini par les autorités locales
    • Il n’est pas obligatoire quand la distanciation physique (1,5 mètre) peut être garantie
      • dans les espaces de travail
      • lors des activités encadrées en groupe de 50 personnes maximum dans des espaces clos, sauf s’il s’agit d’un lieu à forte fréquentation tels que définis par les autorités locales
      • dans les lieux de passage ou de circulation ouverts, sauf s’il s’agit d’un lieu à forte fréquentation tels que définis par les autorités locales
    • Il n’est pas obligatoire sur scène
      • lors d’une représentation
      • pendant les répétitions, pourvue que la scène soit clairement identifiable physiquement et inaccessible au public – la logique des « bulles » est alors d’application.

La circulaire du 26 août rappelle les règles sous la forme d’un tableau pratique.

  • « Point de contact corona » et inscriptions: Afin de faciliter le « tracing » des personnes potentiellement infectées, l’opérateur culturel
    • garde la liste des participants aux activités ainsi que leurs données de contact
    • désigne un « point de contact » chargé d’assurer le suivi des mesures de prévention et le publie sur son site
  • Protocole interne: Ce document reprend tous les aspects des activités et les mesures de sécurité associées, notamment relatif au « contrôle des groupes » et à l’aménagement des locaux.
    Il est un élément indispensable du dossier de demande d’une dérogation aux jauges maximales que les infrastructures permanentes peuvent introduire.

 

Demande d’une dérogation aux jauges maximales

Cette possibilité concerne les « événements, représentations ou compétitions avec un public assis » proposés par des « exploitants d’infrastructures permanentes ».

Afin de pouvoir en bénéficier, la demande doit d’abord être introduite auprès des autorités locales compétentes et ensuite à la Ministre de la Culture, via le guichet culture.

Pour les lieux bénéficiant d’un contrat-programme ou d’une convention avec la FW-B, affectés usuellement à une fonction de salle ou lieu de spectacle vivant, d’expositions, de cinéma et/ou performance, l’accord de la Ministre sera donné sous réserve du respect des principes généraux repris dans le protocole de base.
Pour cette raison, l’opérateur joint son protocole interne à sa demande. Une check-liste est disponible pour faciliter la rédaction de ce document.

 

Protocoles sectoriels

Ces protocoles ont été établis en juin dernier, avec la participation active des fédérations sectorielles. Certains contenus ne sont plus d’actualité suite à l’entrée en vigueur de mesures plus restrictives (notamment en ce qui concerne le port du masque et le jauges maximales) ou permettant des dérogations.

> > Pour les Centres culturels, le protocole sectoriel est celui transmis par circulaire le 8 juin 2020.
Le document intègre pour chaque type d’activités une série de recommandations et renvoie pour certaines d’entre elles aux protocoles établies par d’autres secteurs.

> > Peuvent ainsi également servir de référence:
– pour les  ateliers, stages et animations, le protocole du secteur des Centres d’Expression et de Créativité
– pour les activités avec un public jeune, les protocoles du secteur Accueil Temps Libre élaboré par l’ONE et ceux pour les Organisations de Jeunesse et Centres de Jeunes
– pour les expositions, le protocole des Musées et Centres d’art.

 

Consultez aussi

retour à l’entrée du portail