Rapport atelier 4 : Mobilité durable

“Accueillir et accompagner une autre mobilité : partage d’expériences”

Cliquez pour relire la présentation de l’initiative et de ses objectifs

L’ASTRAC tient à remercier:

L’ensemble des participants inscrits:
Laura CLAESSEN (Intensification Liégeoise – coordinatrice), Emilie DE CLERQ (CC Ganshoren – animatrice chargée de projet), Michel DE COSTER (CC Pont-à-Celles – Secrétaire), Jessica DE PELSMAEKER (CC Brabant Wallon – chargée de projets), Caroline DEVENTER (CCR Liège – animatrice), Pauline DEWANDRE (CC Florennes – animatrice), Lisa DI SANTE (CC Chapelle-lez-Herlaimont – directrice), Nathalie LOURTIE (CC Ittre – directrice), Anais NEYMAN (CC Haute Sambre – coordinatrice CEC), Sarah PAQUOT (CC Ans – chargée de projets), Dominique REGNIER (Service de la culture Province de Namur – coordinatrice formation/EP), Margaux RICHARD (CC Beauraing – animatrice), Régine RIOU (CC Thuin – animatrice CEC), Christelle ROBERT (CC Bertrix – animatrice EP), Valérie T’SERSTEVENS (CC Sprimont – accueil/billetterie), Vincent TOZZINI (CC Ans – chargé de com), Emilie WINDELS (CC Ans – chargée d’EP), Bruno WYNANDS (CC Floreffe – directeur)

Consultez le rapport en pdf (celui-ci ne contient pas les liens vers les outils ou les institutions)

Compte-rendu de l’atelier

Un tour de table permet de partager les attentes des participants et les problématiques liées à la mobilité que chacun rencontre dans son travail. En voici quelques-unes :

  • Le PECA annonce une plus grande collaboration entre les écoles et les Centres culturels. Cependant, il est parfois difficile de s’organiser avec la commune pour utiliser un bus.
  • Des solutions existent : le vélo, le co-voiturage, … Mais comment aller plus loin ?
  • En ruralité, les transports en commun font cruellement défaut. Quelles sont les alternatives ?
  • Comment aller voir un spectacle en ville quand les derniers bus et/ou les derniers trains partent à 22h au plus tard ?

Intervention du SPW Mobilité et Infrastructures
(support de la présentation en ppt)

Les objectifs pour la Wallonie à l’horizon 2030 sont de diminuer l’usage de la voiture de 23%. De ce fait, il s’agit de développer la marche, l’usage du vélo, du train et des bus ainsi que de favoriser le covoiturage.

Les outils et dispositifs actuellement proposés par le SPW :

  • CEM (conseiller en mobilité) : son rôle est de faire le relais, le lien entre les acteurs concernés par la problématique de la mobilité au sein d’une commune, d’une administration ou d’un autre organisme.
    Plus d’infos et accès aux publications du réseau des CEM en suivant ce lien.
  • des brochures à destination du scolaire et des outils pédagogiques en fonction de l’âge du public.
    Exemple : vidéo de présentation de l’initiative Pedibus à Malonne, dans le cadre de l’Éducation à la Mobilité et à la Sécurité Routière
  • l’aide à la création d’une fiche d’accessibilité : un plan détaillant les différentes solutions de transport permettant d’accéder à un site (voir exemple de La Marlagne dans le PowerPoint, p17).
    Voici des liens vers les outils pour réaliser une fiche d’accessibilité ou pour télécharger un tutoriel pour faire un plan d’accès multimodal à l’aide de Google Maps.
  • Wallonie Cyclable : un plan pour le développement d’infrastructures pour vélo (pistes cyclables, garages pour vélo,…) et la sensibilisation des travailleurs, …
  • les chèques-taxi Backsafe : ils permettent aux 16-30 ans de payer moins cher certains taxis (les taxi Backsafe), les nuits de jeudi, vendredi et samedi entre 23h et 6h du matin.
  • un vélo électrique est offert chaque année par le SPW à une association.

Autres solutions :

  • Cambio: société proposant des solutions de covoiturage pour les particuliers, à Bruxelles et en Wallonie.
  • Wibee: société de location de véhicules partagés en Belgique.
  • Eventpool: une plateforme de Taxistop qui permet d’organiser un co-voiturage pour son événement.

Les centrales locales de mobilité :

La Région Wallonne participe à la mise en place d’une centrale de mobilité régionale, en coopération avec des centrales de mobilité locales. Plusieurs centrales locales de mobilité en Wallonie existent, d’autres sont en projet, tandis que certaines communes ne sont pas couvertes par ces centrales.

L’initiative consiste en:

  • la mise en place d’un numéro d’appel unique destiné à répondre aux demandes de mobilité de toute personne vivant en Wallonie ;
  • la coordination et la valorisation des services locaux de transport à la demande alternatifs à la voiture individuelle, en complément aux transports public ;
  • la recherche d’un usage optimal des deniers publics dans une approche privilégiant la mobilité durable à travers notamment la mutualisation des moyens disponibles et l’économie collaborative ;
  • l’éducation permanente sur les territoires ;
  • un partenariat avec les communes ;
  • la recherche d’autres partenariats : maison des jeunes, culture, emploi, santé, PCS, formation, …

Présentation de la Centrale locale de mobilité « Mobilesem »

La Centrale couvre les communes de Beaumont, Chimay, Couvin, Doische, Florennes, Froidchapelle, Gerpinnes, Momignies, Philippeville, Viroinval, Walcourt. Les Centres culturels de la région travaillent régulièrement avec ce service.

Sont proposés :

  • Un call-center qui relie les associations/les particuliers et les possibilités de transport « durable » de la région : transports en commun, taxi sociaux, co-voiturage, …
  • un service de chauffeurs bénévoles (défraiement à 0,37€ du kilomètre), au nombre de 40 actuellement
  • un atelier vélo qui réalise des petites réparations, des locations, des ateliers, …

Plus d’infos sur le site

Une deuxième partie de l’atelier est consacré à des échanges en sous-groupes

Les participants sont invités à se rassembler par région et à partager des idées pour améliorer la mobilité.
En voici quelques-unes :

  • des parkings sécurisés pour les vélos
  • un tarif avantageux pour les cyclistes
  • encourager les personnes à contacter le Centre culturel si des raisons de mobilité empêchent la participation à une activité afin de pouvoir proposer une solution
  • création de « Fémibus », un moyen de transport réservé aux femmes
  • encourager les travailleurs à se déplacer en vélo. P.ex : un vélo électrique appartenant aux Centres culturels, pour des missions qui ne demandent pas de longs trajets (coller des affiches, aller à la poste,…)
  • des bateaux-taxis
  • des horaires de bus plus flexibles.

Remarque : Il est important de connaitre son public, les habitudes des gens, leurs volontés en matière de mobilité alternative. Il peut être intéressant de faire un sondage dans les murs du Centre culturel.

A télécharger: la présentation en format pdf du projet du Philinoctambus.

Le projet lancé en 2004 par la centrale de mobilité de Philippeville en lien avec le plan de cohésion sociale vise à réduire le risque d’accidents de route suite à l’utilisation de psychotropes par les jeunes lors des soirées estivales. Un service de navettes gratuites existe depuis plus de 10 ans, dans le cadre d’un partenariat étendu à d’autres communes et associant différents intervenants.
Le projet connaît un intérêt croissant auprès des jeunes et de leurs parents.